Retour à “Gouverner Montpellier au XVIIIe siècle”

Sécurité et police

Ordonnance du bureau de police du 8 août 1716, affiche, détail
Archives de Montpellier, HH 186

Au XVIIIe siècle, la notion de police se complexifie. Assimilée à une bonne administration, elle englobe des domaines très larges qui vont de la propreté des rues au bon approvisionnement des marchés, en passant par le contrôle des comportements. Mais une tendance forte se dessine : la police se confond de plus en plus avec la « sûreté », autrement dit la sécurité des personnes. Cela résulte du choix fait par l’État monarchique de protéger les personnes et surtout les biens, et de la persistance de peurs anciennes au sein des élites. Les évolutions urbanistiques et les nouveaux usages de la ville entraînent des formes nouvelles de police, qui se concentrent sur certains lieux et sont perfectionnées par la bureaucratisation du travail du Bureau de police.

Sécurité et police