Retour à “Autour de Frédéric Bazille”

Pour saluer Frédéric Bazille

Visite poétique et musicale, avec la Maison de la Poésie Jean Joubert

À l’occasion des 150 ans de la disparition de l’artiste montpelliérain Frédéric Bazille, La Maison de la Poésie Jean Joubert, en partenariat avec le Musée Fabre, propose une visite poétique et musicale.

Pour saluer Frédéric Bazille, nous traçons un parcours en huit moments parmi les œuvres du peintre montpelliérain, qui ouvre non seulement sur la parole du peintre lui-même, à travers sa correspondance, et sur l’univers artistique, littéraire et musical dans lequel il a baigné, mais aussi, en écho, sur le regard de peintres et d’écrivains contemporains qui ont fréquenté ses œuvres au Musée Fabre.

Nous invitons donc autour de Bazille, Hugo, Nerval, Verlaine, Rimbaud, et même Valéry, mais aussi Frédéric Jacques Temple, René Pons, Alexandre Hollan, James Sacré, Camille Descossy, Daniel Dezeuze, François-Bernard Michel, lus par le comédien Stéphane Laudier.

Pour saluer Frédéric Bazille, nous faisons place à la musique, essentielle pour le mélomane et musicien que fut Bazille. Héloïse Dautry (harpe) et Isabelle Mennessier (flûte) font entendre des pièces de Saint-Saëns, Fauré, Debussy, Massenet dont les recherches, dans l’effervescence artistique du temps, ont accompagné celles des peintres.

Les textes et la musique nous parlent de lui, autour de quelques thématiques qui lui sont chères : les ateliers, la nature morte, les paysages languedociens, les nus, la mort…

C’est peut-être dans la lumière des terres languedociennes célébrée par Bazille qu’est né l’impressionnisme. La formule de Camille Descossy : « L’impressionnisme est né au Clapas ! » l’affirme.

Pourtant, Frédéric Bazille, ce jeune artiste précurseur, mélomane, vivant dans la proximité des autres peintres, des poètes et des musiciens, s’enrôle sous l’uniforme du corps des zouaves peu après la déclaration de guerre à la Prusse, et tombe sous les balles lors de la bataille de Beaune-la-Rolande le 28 novembre 1870.

Frédéric Bazille fascine aussi par l’énigme de son destin.

Lecture : Stéphane Laudier, comédien
Interprétation musicale : Isabelle Mennessier, flûte, Héloïse Dautry, harpe
Textes réunis par Annie Estèves, Maison de la Poésie Jean Joubert
Collaboration : Audrey Baussan, guide-conférencière

Pour saluer Frédéric Bazille

Visite poétique et musicale, avec la Maison de la Poésie Jean Joubert